Baromètre Epargne – Français vis-à-vis de l’épargne et de leurs placements

Baromètre Epargne - Français vis-à-vis de l’épargne et de leurs placementsDepuis octobre 2004, La Banque Postale parraine, en partenariat avec Les Echos, le « Baromètre Epargne », réalisé par le département Finance de TNS Sofres, sur les comportements des Français vis-à-vis de l’épargne et de leurs placements.

– Dans un contexte toujours tendu, les Français restent particulièrement enclins à épargner. Ils ont par ailleurs davantage puisé dans leurs réserves d’épargne, montrant ainsi un besoin accru de trésorerie pour maintenir leur consommation.

– L’épargne en vue de préparer financièrement la retraite concerne encore assez peu de Français, qui attendent davantage de conseils concrets sur le montant à mettre de côté que sur les produits disponibles.

– En termes d’opportunités d’investissement, la frilosité par rapport aux marchés financiers est au plus haut, tandis que l’attrait pour l’immobilier se confirme.

Stabilité des comportements d’épargne, avec une priorité à la sécurité et à la liquidité et un recours accru aux réserves

Le moral des Français reste particulièrement bas, se traduisant par de fortes incertitudes en l’avenir : dans ce contexte la nécessité d’épargner reste élevée (85% vs. 83% en mars 2010). Parallèlement, la difficulté d’épargner reste forte : même si l’on note une baisse sensible par rapport au semestre précédent (76% vs. 79% en mars 2010).

Les comportements et intentions d’épargne à court terme restent stables : 49% ont épargné au cours des 3 derniers mois (vs. 51% en mars 2010) et 53% ont l’intention d’épargner au cours des 3 prochains mois.

Les Français privilégient toujours les produits « liquides » pour leur épargne, le Livret A en tête : plus de la moitié des épargnants (55%) a choisi d’épargner sur ce produit, soit un peu plus d’1/4 des Français (27%). Le PEL et le Codevi/LDD sont également bien placés avec respectivement 19% et 14% des Français. A souligner, parmi ceux qui ont l’intention d’épargner, le Livret A progresse, pour atteindre 56% des intentionnistes (+ 7 points vs. mars 2010).

Les Français ont davantage puisé dans leurs réserves ce semestre : 56% des Français déclarent avoir puisé dans leurs réserves au cours des 3 derniers mois. C’est le taux le plus fort enregistré depuis le début du baromètre (+7 points) montrant un besoin important de disponibilité de trésorerie.

Concrètement, les Français ont surtout puisé dans leurs réserves d’épargne « liquide » : livret A ou Bleu pour 48% d’entre eux et les autres comptes sur livret (super livret, compte rémunéré) pour près d’1/4 (22%, +4 points).

Des Français attentistes vis-à-vis de la préparation financière de leur retraite

Epargner spécifiquement pour sa retraite n’est pas encore entré dans les réflexes et les comportements des Français : seul 1 Français actif sur 3 (36%) déclare se préparer financièrement pour sa retraite, soit un niveau identique à la mesure d’octobre 2004 (33%) et juin 2008 (33%). Par ailleurs, plus d’un tiers n’a pas prévu de le faire.

L’assurance vie (54%) est et reste le placement préféré des Français pour préparer leur retraite, nettement devant le PERP (29%) ou les placements boursiers (23%). Les plans d’épargne collectifs (PEE, Perco) ressortent à hauteur d’environ 1/3. Parmi les non épargnants, intérêt marqué également pour l’assurance vie.

La réforme des retraites n’a pour l’instant pas entrainé de changement de comportement parmi les actifs : la moitié d’entre eux n’a pas pris de dispositions financières particulières depuis l’annonce de la réforme des retraites et seuls 6% des épargnants déclarent qu’ils épargnent davantage depuis l’annonce de la réforme : un indicateur à suivre à plus long terme.

Investir dans la pierre plutôt que sur les marchés financiers

Le fléchissement de l’intérêt des Français pour la bourse se confirme depuis un an et reste à un niveau historiquement bas.

– Alors que l’on avait constaté en fin d’année 2009 une reprise de l’opportunité d’investir en bourse, l’année 2010 est marquée par une grande frilosité envers les marchés financiers. Les actionnaires et le grand public ne sont pas vraiment convaincus de l’opportunité d’investir en Bourse : 34% parmi les actionnaires (-18 points vs. octobre 2009).et 15% parmi le grand public (-7 points). Des niveaux qui se situent…

Plus concrètement, l’appétit personnel par rapport à la bourse continue de baisser depuis fin 2009, que ce soit auprès du Grand public qu’auprès des actionnaires : 24% des actionnaires estiment que l’évolution de la Bourse sur les derniers mois a plutôt tendance à les inciter à acheter des actions (vs. 36% en octobre 2009) et seulement 4% auprès du grand public (vs. 10%).

– Parallèlement, le niveau de risque associé aux placements liés à la Bourse n’a jamais été aussi élevé : les actions restent perçues comme le placement le plus risqué à 92% (+5 points vs octobre 2009), et très risquées pour 52% (+5 points vs octobre 2009), suivi des obligations (risquées pour 75%) et des SICAV/FCP (73%).

– A l’inverse, la pierre apparait comme le placement le plus sûr : résidence principale ou secondaire étant considéré comme un investissement pas risqué pour 78% des Français.

– Les Français trouvent d’ailleurs que le contexte est particulièrement favorable pour investir dans l’immobilier (résidence principale ou secondaire 47% ou bien locatif 44%). Pour l’automobile, le contexte semble un peu moins favorable depuis un an (un « bon moment » pour 39%).

Mais, écart entre perceptions et comportements… Très concrètement, l’intention de « passer à l’acte » (intentions à 12 mois) reste faible dans l’immobilier, mais aussi dans l’automobile.

[ad#bottomad]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>