Crédit aux ménages : 49,5 % des ménages français avaient un crédit en 2010

Crédit aux ménages : 49,5 % des ménages français avaient un crédit en 2010Selon l’Observatoire des crédits aux ménages, 49,5 % des ménages français avaient un crédit en 2010. Alors que le taux de diffusion des crédits immobiliers aux ménages s’est quasiment stabilisé en 2010, l’usage des crédits à la consommation a de nouveau reculé, ce qui a entraîné une baisse du taux global de détention des crédits aux ménages par rapport à 2009 où il s’établissait à 50,8 %.

Le taux de détention de crédit immobilier se maintient à un haut niveau…

En 2010, 30,5 % des ménages avaient un crédit immobilier, un niveau pratiquement stable par rapport à l’année précédente (30,8 %). La part des accédants à la propriété reste importante : 23,2% fin 2010, soit l’un des taux les plus importants de ces dernières années. Les dispositions prises par les pouvoirs publics associées aux conditions de crédit attractives proposées par les établissements de crédit (taux d’intérêt, durée de crédit…) ont continué à encourager les ménages à souscrire ce type de crédit.

… alors que celui du crédit à la consommation baisse

Le taux de détention de crédit à la consommation est de 31,7 % en 2009 à 30,1 % en 2010. Ce nouveau repli s’explique par deux années de crise et par l’évolution de l’usage que font les ménages de ce type de crédit. En effet, la part de ceux ayant recours à un crédit à la consommation pour financer un  » projet de consommation » comme l’achat d’un équipement pour la maison, d’une automobile ou de travaux d’amélioration du logement, est restée quasiment stable par rapport à 2009. En revanche, l’utilisation des crédits à la consommation pour financer des dépenses de loisirs, de vacances, voire de consommation, a baissé (13,8 % en 2010 contre 15,8 % en 2009).

Les ménages ont une meilleure perception sur leur situation financière…

En 2010, les ménages détenant des crédits sont plus nombreux à se considérer  » comme à l’aise ou à considérer que leur budget est suffisant  » : 54,7 % en 2010, contre 50 % en 2008. Et la part de ceux qui estiment que leur situation s’est dégradée a baissé : 40,4% en 2010 contre 48,7% en 2008 et 43,3 % en 2009.

… même si la prudence persiste pour les intentions de recours aux crédits en 2011.

Les ménages français sont moins nombreux à déclarer avoir l’intention de souscrire un crédit à la consommation dans les six prochains mois : 4,1 % en 2010 contre 4,4 % un an auparavant.

Il en est de même pour le crédit immobilier : 4,8 % de l’ensemble des ménages contre 5,6 % en 2009 envisagent d’y recourir dans les prochains mois. Il semble en effet que les ménages aient été très nombreux à réaliser leurs projets immobiliers par anticipation fin 2010, du fait de conditions de crédit attractives, mais aussi pour bénéficier de certains avantages avant leur disparition ou leur réduction au 1er janvier 2011 (crédits d’impôt, avantages liés au dispositif Scellier). Les demandes pourraient donc être moins nombreuses en ce début d’année d’autant que les incertitudes sur l’avenir du marché immobilier (annonce de hausse de prix, remontée des taux…) pourraient faire hésiter les futurs emprunteurs

(1) Enquête annuelle réalisée par voie postale par la SOFRES en novembre 2010 pour l’Observatoire des crédits aux ménages, auprès d’un échantillon de 8813 ménages.

Télécharger

[ad#bottomad]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>