Immobilier francilien : sursaut des prix sur un marché rétréci

37ème édition de son baromètre mensuel MeilleursAgents.com des prix de l’immobilier résidentiel à Paris et en Île-de-France.

• Augmentation des prix à Paris et en banlieue

• Peu de transactions (1/3 en moins par rapport à début 2011)

• Le stock existant se vend mal

• Seuls les biens de qualité et mis récemment sur le marché trouvent preneur à des prix en hausse

• La baisse des taux donne un coup de pouce aux acheteurs solvables qui peuvent en bénéficier

• L’attentisme domine dans un marché étroit

Une hausse en trompe l’oeil

L’immobilier francilien avait marqué un palier en février. Les promesses de vente signées en mars montrent une reprise assez générale de la hausse des prix :

• Paris : +1%

• Hauts de Seine (92) : +0,7%

• Seine Saint Denis (93) : +1,1%

• Val de Marne (94) : 0%

• Grande couronne : -0,9%

Le volume de transactions continue de chuter mois après mois. Il avait baissé d’environ 20% sur les deux premiers mois de l’année. Il est aujourd’hui inférieur d’environ 30% par rapport au premier trimestre 2011. La hausse des prix ne concerne donc qu’un nombre très restreint de transactions. La réalité du marché est un manque de dynamisme attisé par l’attentisme des acteurs.

Une baisse des taux réservée à un petit nombre d’acheteurs très solvables

Neuf banques sur dix affichent des barèmes de taux de crédit immobilier orientés à la baisse (Source : Empruntis.com). Sur 20 ans, les taux moyens sont aujourd’hui de 4,15%. Les très bons dossiers peuvent bénéficier d’un taux de 3,77%. Mais les conditions d’octroi de crédit restent très strictes (stabilité professionnelle, taux d’endettement, montant de l’apport, etc.). Dans ces conditions, la baisse des taux ne profite qu’au petit nombre d’acheteurs capables de démontrer leur excellente solvabilité.

Ce qui se vend et ce qui ne se vend pas

Le niveau de stock de biens à vendre est aujourd’hui sensiblement plus élevé qu’il y a un an. La diminution du volume de transactions et l’allongement des délais de commercialisation ont mécaniquement fait augmenter le stock de biens en vente depuis plusieurs mois. Les acheteurs qui surveillent le marché ont repéré ces biens et les délaissent au profit des nouveaux produits. À Paris et dans la plupart des départements de petite couronne, le marché se concentre sur les biens de qualité nouvellement mis en vente. Ces derniers trouvent preneurs relativement rapidement et à des prix assez élevés pour expliquer les hausses constatées par notre baromètre.

En grande couronne, la situation est plus contrastée entre les centres-villes bien desservis dont les prix restent soutenus, et les zones moins urbaines dont les prix sont nettement orientés à la baisse ce qui explique une baisse de presque -1%.

_____________________

Chaque mois, MeilleursAgents.com publie son baromètre des prix de l’immobilier résidentiel à Paris et en Île-de-France. Fondé en 2008, MeilleursAgents.com, Réseau des agents immobiliers performants, accompagne les particuliers dans la réussite de leur projet immobilier, pour la vente et l’achat.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>