Les Français et leur budget dédié à l’alimentation – (3)

Les Français et leur budget dédié à l’alimentation

Les Français et leur budget dédié à l’alimentation

Le budget moyen mensuel dédié à l’alimentation accuse une baisse de 6,1 % versus 2014. On constate que ce poste de dépenses a tendance à se stabiliser et que le nombre de Français qui jugent son montant satisfaisant est en hausse selon Le Sofinscope – Baromètre opinion Way pour SOFINCO.

Le budget moyen mensuel dédié à l’alimentation s’établit en 2015 à 365 euros. Ce montant varie en fonction des revenus, de l’âge et de la composition familiale des personnes interrogées. Par exemple, les Français de plus de 60 ans dépensent 440 euros par mois contre 237 euros chez les 18-24 ans. Par ailleurs, près d’un Français sur deux (52 %) estime que son budget alimentation est en augmentation (- 5 points par rapport à 2014). Ils sont 38 % à affirmer qu’il est stable, soit une hausse de 8 points en un an (- 17 points depuis 2013). Ce constat est plus répandu chez les hommes (45 %) que chez les femmes (32 %), ainsi que dans les foyers aux revenus supérieurs à 3 500 euros (51 % contre 33 % dans ceux qui gagnent moins de 1 000 euros par mois).

budget-mars-2015-1

Des économies toujours d’actualité

Pour la première fois en trois ans, moins de la moitié des personnes interrogées juge que le montant qu’elle consacre à l’alimentation est trop élevé (46 %) soit une baisse de 5 points depuis 2014 et de 15 points depuis 2013. Si la quasi-totalité des Français (97 %) continue de privilégier des comportements plus économiques en matière de consommation alimentaire, nombre d’entre eux connaissent un recul notable. Ainsi 80 % des répondants au sondage comparent systématiquement les prix des produits selon les marques (- 3 points), 63 % achètent autant que possible des marques distributeurs plutôt que des marques réputées (- 4 points) et 34 % se fixent un montant mensuel à ne pas dépasser (- 6 points). Pour leurs courses alimentaires les Français privilégient les supermarchés à 40 %, suivi des hypermarchés pour 35 % d’entre eux et des magasins hard-discount à 12 %.

budget-mars-2015-2

Des attentes plus fortes en matière de qualité

Le prix reste le premier critère de choix pendant les courses puisqu’il est cité par 75 % des personnes interrogées. Cependant il perd du terrain (- 5 points) au profit de critères plus qualitatifs comme la qualité gustative du produit (+ 2 points), sa composition nutritionnelle (+ 2 points) ou encore son origine biologique et sa naturalité (+ 2 points). La perception du rapport qualité/prix des produits alimentaires s’améliore puisque 19 % des Français estiment qu’elle s’est améliorée, 33 % qu’elle s’est détériorée (- 8 points) et 48 % qu’elle est stable (+ 8 points). La proportion de Français qui affirment être plus vigilants sur les prix durant leurs courses (49 %) est quasi identique à ceux qui déclarent être plus vigilants sur la qualité (50 %). Un répondant sur deux est prêt à payer plus cher pour avoir des produits de qualité et affirme qu’acheter chez les commerçants producteurs (boucher, agriculteur, charcutier…) est plus cher mais que ce surcoût en vaut la peine. Un avis partagé par 57 % des personnes interrogées ayant plus de 60 ans (40 % chez les 18-24 ans) et 62 % des foyers gagnant plus de 3 500 euros par mois, (40 % pour ceux dont les revenus sont inférieurs à 1 000 euros par mois). A l’inverse, 31% considèrent que les commerçants producteurs vendent trop cher et que cela n’en vaut pas la peine et 18 % trouvent que cela ne coûte pas plus cher (20 % en province contre 8 % en région parisienne).

L’alimentation, un budget plaisir

L’alimentation est considérée comme un budget sur lequel les personnes interrogées font parfois le choix de dépenser plus pour se faire plaisir à 55 % (+ 5 points), un budget à réduire au maximum pour 44 % d’entre elles (- 5 points). Il existe cependant des disparités en fonction des revenus. Les foyers qui gagnent au moins 3 500 euros par mois considèrent l’alimentation comme un budget plaisir à 72 %, ce chiffre atteint tout juste 44 % pour les foyers gagnant moins de 1 000 euros par mois. Sur ce sujet, il existe également des différences entre les habitants de la région parisienne (63 %) et ceux des autres régions (53 %), ainsi qu’entre les Français en couple (56 %) et les célibataires (51 %). Le budget consacré aux sorties au restaurant suit cette évolution du facteur « plaisir » dans les dépenses liées à l’alimentation puisqu’il est en augmentation pour 18 % des personnes interrogées (+ 1 point), stable pour 39 % (+ 3 points) et en diminution pour 43 % d’entre elles (- 4 points).

Cette étude a été réalisée par Opinon Way les 4 et 5 mars 2015, auprès d’un échantillon de 1006 personnes âgées de 18 ans et plus (méthodes des quotas) et interrogées en ligne sur système Cawi. Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention suivante : « Le Sofinscope – Baromètre opinion Way pour SOFINCO ».

>> Lire le communiqué de presse

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>